Media intéractif en direct du monde du travail

La restauration collective : 20 000 recrutements par an !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Vendredi 27 Novembre 14H00


C’est le 5ème employeur de France ! La restauration collective, concrètement, c’est 300 000 salariés, dont 75 000 cuisiniers, pour 3 milliards de repas servis chaque année. A ce titre, le secteur ouvre ses portes à 20 000 nouveaux collaborateurs chaque année, répartis sur plus de 70 000 lieux de service ! Cuisiniers, chefs de production, magasiniers, différents métiers qui sont accessibles à différents niveaux de formation, parfois même sans diplôme requis !

Un fort besoin de main d’œuvre

Les entreprises de la restauration collective recrutent surtout en CDD dans un premier temps, pour faire face aux arrêts maladies et aux nombreux départs en retraite. Cependant, si les candidats présentent les qualités requises, on leur propose par la suite des recrutements en CDI.

Tout cela représente un volume de recrutement avoisinant les 20 000 unités par an ! Marie-Cécile Rollin, directrice chez Restau’Co, réseau de professionnels de la restauration collective en gestion directe, explique : « Les départs à la retraite sont massifs. On perd tous les ans 16 000 cuisiniers ».

Autre raison qui se cache derrière les difficultés de recrutement : les déficits d’attractivité et de notoriété. Comprenez : une mauvaise sensibilisation des écoles hôtellières à la profession de restaurateur collectif, qui occasionne une pénnurie, notamment de cuisiniers mais également de postes moins qualifiés comme celui de plongeur . L’autre point de tension : le diplôme. S’il n’est pas nécessaire pour occuper certains postes (employé de restauration), il est toutefois important dans le bagage d’un cuisinier. Les salaires du secteur commencent au SMIC et évoluent en fonction du poste.

Des employées de cantine en plein service
Des employées de cantine en plein service

 
Un secteur accessible, avec des avantages

Cependant, lorsqu’on n’est pas diplômé, il s’agit surtout d’être sérieux et motivé. Bien sûr des formations (CAP cuisine, BPA Transformation alimentaire, CAP Agent Polyvalent de Restauration,  CAP métier de bouche) et des spécialisations (Certificat de Spécialisation en Restauration Collective, 1 an d’apprentissage) sont disponibles, mais elles ne sont pas nécessairement requises.

La restauration collective, contrairement à la restauration classique, propose des horaires « normales » compatibles avec une vie privée et familiale. Du contrat à temps partiel jusqu’à la semaine de 39 heures avec heures supplémentaires payées, les emplois diffèrent en fonction du secteur, avec la possiblité de travailler également les week-ends, notamment dans la restauration en milieu médical.

Contrairement à certains secteurs d’activité, qui regroupent leurs bassins d’emploi dans les grandes villes (comme par exemple le numérique), la restauration collective offre des emplois dans tout l’hexagone, puisqu’elle requiert des équipes dans toutes les écoles, collèges, lycées, universités, hôpitaux, maisons de repos, entreprises, etc…

Ainsi, pour les personnes de tous âges et de tout niveau d’études ou d’expérience qui souhaitent se mettre «aux fourneaux», il est d’ores et déjà possible de postuler par le biais de canaux privés (indeed, compass, keljob, api-restauration) ou publics (emploipublic) et d’intégrer au plus vite les équipes des cuisines collectives de France !


Vous aimerez aussi

Que signifie la hausse de l’emploi intérimaire ?

Vendredi 18 Mars 2016 15H17

Selon les chiffres de Prism’emploi, la fédération professionnelle du recrutement et de ...

Trepalium : travailler pour vivre ou vivre pour travailler ?

Vendredi 04 Mars 2016 12H08

Avec sa nouvelle série, ARTE nous propose de réfléchir à la valeur du travail et à sa place ...

Le théâtre comme outil pédagogique

Jeudi 03 Mars 2016 15H23

A l’occasion d’un échange en tête à tête avec Laurent Ouvrard, dirigeant de For Action / ...

Suivez les communautés TEM