Media intéractif en direct du monde du travail

La loi du marché : un succès qui déprime

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Mercredi 24 Juin 14H00


La loi Du Marché de Stéphane Brizé, en salles en ce moment, a su s’attirer les éloges du jury du Festival de Cannes, où il a été présenté le 19 mai. Retour sur le portrait émouvant d’une personne en situation de chômage longue durée.

Un film-documentaire qui remplit sa fonction

Choix de mise en scène, scénario réaliste, et casting non professionnel à l’exception de Vincent Lindon -d’ailleurs coproducteur du film et dont on salue la prestation qui lui a valu le prix d’interprétation masculine- tous les éléments sont réunis pour que le spectateur ressente toute la souffrance et la frustration des demandeurs d’emploi qui peinent à s’insérer sur le marché du travail.

Pari donc réussi pour le réalisateur Stéphane Brizé, qui n’en est pas à son coup d’essai dans ce registre (Mademoiselle Chambon, Quelques heures de printemps) puisque le film embarque son audience dans une atmosphère à la fois émouvante et oppressante, une combinaison qui fait mouche.

Un portrait trop sombre ?

Si l’on salue la performance artistique et le savoir-faire cinématographique mis en œuvre dans la réalisation du film, on en arrive tout de même à trouver le postulat général un tantinet trop pessimiste. Certes, les chômeurs sont nombreux, et certes, on peut rester au chômage pendant de longues périodes sans avoir de propositions intéressantes, mais le film, afin d’arriver à ses fins, pousse souvent le constat jusqu’à l’extrême, ce qui ne peut avoir pour effet que d’accentuer la morosité relative au marché de l’emploi.

Recruteurs diabolisés, ateliers pôle-emploi humiliants, méthodes de management déplorables –« le directeur essaie d’augmenter le chiffre d’affaires, il faut faire virer du monde »- beaucoup d’aspects exagèrent la dimension négative de l’emploi et de ses difficultés. C’est sûrement la raison pour laquelle Thierry (Vincent Lindon) nous offre son premier et unique sourire au bout de presque une heure de film…. !

En résumé, La Loi du Marché n’est pas un film à aller voir pour se détendre et oublier les tracas du quotidien. S’il cherche -et réussit- à indigner les spectateurs, il en vient surtout à les déprimer, et l’on quitte la salle avec une appréhension, une angoisse, une vision bien pessimiste du marché de l’emploi…

 

 


Vous aimerez aussi

Que signifie la hausse de l’emploi intérimaire ?

Vendredi 18 Mars 2016 15H17

Selon les chiffres de Prism’emploi, la fédération professionnelle du recrutement et de ...

Trepalium : travailler pour vivre ou vivre pour travailler ?

Vendredi 04 Mars 2016 12H08

Avec sa nouvelle série, ARTE nous propose de réfléchir à la valeur du travail et à sa place ...

Le théâtre comme outil pédagogique

Jeudi 03 Mars 2016 15H23

A l’occasion d’un échange en tête à tête avec Laurent Ouvrard, dirigeant de For Action / ...

Suivez les communautés TEM