Media intéractif en direct du monde du travail

Quelle formation pour un métier « vert » ?

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Lundi 21 December 14H00


Dans la continuité de notre dernier article qui faisait état des bons espoirs qu’apporte l’économie verte en termes d’emploi, nous nous sommes posé la question de savoir quelle était l’offre de formation permettant d’accéder aux métiers dits « verts ». Il se trouve que les formations orientées vers le « respect de l’environnement » fleurissent de plus en plus et qu’elles rencontrent un succès toujours grandissant.

De plus en plus demandées

Aujourd’hui, on dénombre près de 1800 formations, dont plus de 600 cursus dans l’enseignement supérieur, permettant d’accéder à des métiers dits « verts ». Mais en réalité, dans le processus de création d’un produit ou service respectueux de l’environnement, tous les profils sont recherchés. On peut ainsi suivre soit un cursus spécialisé soit une formation générale (dans la vente, l’ingénierie ou le droit) et avoir un rôle à jouer dans la démarche finale. On parle alors de distinction entre métiers verts (en lien direct) et métiers verdissants (indirectement liés). Nathalie Tessier – chef du Bureau de la formation de l’emploi et des transitions sociales au Commissariat général du développement durable – explique cela très clairement dans la vidéo ci-dessous diffusée par le site Phosphore.

 
Ainsi, en plus des métiers directement liés à l’économie verte pour lesquelles les formations sont de plus en plus nombreuses (voir ci-dessous), les cursus classiques permettront par exemple aux étudiants en commerce de vendre des éoliennes, aux étudiants en droit de faire respecter les normes environnementales aux entreprises, etc.

Les rendez-vous avec la formation dans l’économie verte

Pour faire face aux besoins actuels des métiers de l’environnement, les recruteurs sont par exemple très en demande des titulaires de BTS hygiène, environnement, chimie ou biochimie, et des DUT mesures physiques, des licences professionnelles en gestion des risques industriels…

Les profils de techniciens sont de plus en plus demandés
Les profils de techniciens sont de plus en plus demandés


On peut par ailleurs s’orienter vers des formations « environnementales » très tôt, dès le bac (cf. le bac STI2D (Sciences et Technologies de l’Industrie et du Développement Durable), ou plus tard en licence ou licence pro (voir par exemple « ingénierie mécanique et environnement » au CFA EVE d’Evry) jusqu’en master (éco-conception et gestion des déchets à Cergy, Master management des territoires et urbanisme au CFA IURC de Tours).

Il en va de même dans les écoles privées, de commerce, de management, d’ingénieurs, etc. comme HEC, SKEMA ou encore l’ICD de Blagnac (qui propose un MBA spécialisé achats Supply Chain et développement durable), qui sont de plus en plus nombreuses à développer des cursus incluant une spécialisation en rapport avec l’environnement.

Pour avoir un ordre d’idée, nous avons tout simplement cherché le terme « environnement » dans la base de données du site letudiant.fr qui recense les formations supérieures dispensées dans l’hexagone, et le résultat parle de lui-même : 2146 résultats ! Les futurs protecteurs de l’environnement n’ont que l’embarras du choix !


Vous aimerez aussi

Que signifie la hausse de l’emploi intérimaire ?

Vendredi 18 Mars 2016 15H17

Selon les chiffres de Prism’emploi, la fédération professionnelle du recrutement et de ...

Trepalium : travailler pour vivre ou vivre pour travailler ?

Vendredi 04 Mars 2016 12H08

Avec sa nouvelle série, ARTE nous propose de réfléchir à la valeur du travail et à sa place ...

Le théâtre comme outil pédagogique

Jeudi 03 Mars 2016 15H23

A l’occasion d’un échange en tête à tête avec Laurent Ouvrard, dirigeant de For Action / ...

Suivez les communautés TEM